Naissance d'une soumise

6 mars, 2009

A good Master : )

Classé sous Mon Maître Dobi — Mimi @ 5:15

Depuis quelques temps, les commentaires des visiteurs me font me questionner sur ce que peut être un « bon Maître ». C’est aussi une question évoquée par VI qui m’a donné l’idée de prendre le temps de la réflexion et de lancer un débat, s’il y a lieu. Un commentaire de Disko auquel j’ai récemment répondu m’a interpellé et il confirme la nécessité pour moi de préciser un peu ce que j’entends par « bon Maître ». J’ai avec mon Maître une relation « particulière » comme le disent les journaux : ) : )) (« Union » et « Trop indécent » qui ont fait un article sur mon blog:


XXXXXXXXXX cliquer sur l’image pour agrandir XXXXXXXXXXXXXXXX

img2746.jpg img2748.jpg img2749.jpg img2750.jpg img2752.jpg

. Je ne pourrais donc donner qu’un point de vue subjectif basé sur mon vécu… C’est parti !

D’abord, je crois qu’un Bon Maître propose un contrat à sa soumise dans lequel les limites de chacun et les champs de possibles sont définis. Quand, j’ai pu exprimé à Maître Dobi mes désirs enfouis de soumission, il les a d’abord longuement décryptés. Il dirait d’ailleurs que l’expression exacte serait « tirer les vers du nez » : ). Moi je dirais plutôt qu’il a été l’accoucheur de l’expression de désirs dont je n’avais pas totalement conscience. Cette phase a eu lieu à notre retour de vacances ensemble en septembre 2007. Les quelques mois qui ont suivi nous avons échangés de nombreux mails et beaucoup parlé. J’avoue qu’il y a eu des moments difficiles de tension entre nous, de colère de ma part car mon Maître sait bien me bousculer dans mes repères et me pousser dans mes retranchements et sur le moment, je vis ça difficilement. Nous avons donc laborieusement et parfois péniblement rédigé un contrat et l’avons signé en double exemplaire en Novembre 2007. Je rechignais sur beaucoup de thèmes et d’idées du contrat car je me voyais malheureuse en imaginant que Maître Dobi m’imposerait des pratiques à effectuer d’une façon qui ne me conviendrait pas. Donc, en fait, avec le recul maintenant, je peux dire que mon Maître a tenu bon, il a fait preuve d’une grande force et de maîtrise mentale, ce qui déjà me donnait un aperçu de la qualité de la relation D/s qu’on allait entretenir. Comme toujours avec moi, pour rompre les blocages, Maître Dobi me parle beaucoup et me fait prendre conscience de ma logique. Pour ce qui est de mes réticences à chaque terme du contrat, Maître Dobi m’a fait comprendre que je ne peux pas être soumise si j’indique moi-même comment je veux me soumettre ! D’une part, cela signifie que c’est le Maître qui est au service du plaisir de sa soumise alors que c’est l’inverse qui est recherché et d’autre part, cette logique ne permet pas un lâcher prise puisque c’est la soumise qui « passe commande ». Les rôles sont donc inversés et on se trouverait donc dans un drôle de rapport Maître/soumise bien incohérent. Ca a été une chose que de prendre conscience de ce fonctionnement de ma pensée et une autre de me laisser aller à faire confiance à mon Maître malgré ce que je venais de comprendre grâce à l’éclairage de sa brillante psychologie. La confiance est une composante essentielle de la relation entre un Maître et sa soumise. Le Maître doit être crédible et inspirer la confiance. J’entends par là que pour que la confiance s’installe dans la relation, le Maître doit être de parole dans les décisions qu’il prend. Il respecte les limites fixées par le contrat ou si la pratique est nouvelle, je pense que c’est une bonne chose qu’il prenne l’avis de sa soumise pour éviter de la traumatiser. Je pense qu’un bon Maître prend bien la température de l’état de sa soumise avant de lui imposer des pratiques, il sait si elle peut être prête ou mûre pour certaines et pas pour d’autres. Aussi, quand j’étais initialement d’accord pour me faire humilier et que pendant la séance de dressage, je voulais modifier mon accord, Maître Dobi était contre. S’il cédait, c’est son autorité et son statut de Maître qu’il remettait en cause et il ne peut l’accepter encore maintenant. Alors bien sûr, ça peut paraître dur vu de l’extérieur quand le Maître insiste et tiens bon mais quand le Maître est juste, ce qui est le cas de mon Maître évidemment, c’est nécessaire qu’il reste sur sa position et ça fait parti du dressage en lui-même. Par contre, il n’empêche que je considère qu’un « bon Maître » est bienveillant envers sa soumise. Mon Maître est souple quand je fais des demandes qui lui paraissent réalisables ou si j’exprime une douleur ou le besoin d’une pause, si je suis triste, il adapte ses ordres, suspend la séance ou décide autre chose. Il est attentif à ce que je peux exprimer d’un malaise, d’une émotion… et c’est très important pour se sentir bien et avancer dans la discipline. Un bon Maître qui se respecte, a le désir de produire du plaisir dans la relation et de faire évoluer la soumise en la dressant, et il a nullement l’objectif de l’avilir et de profiter de sa faiblesse en la dominant. Ceux qui font ça ne sont que dans l’illusion qu’il comblent leurs propres problèmes. Mon Maître a toujours eu l’objectif de me faire grandir, de me rendre forte et autonome. Pour lui, dominer une femme « faible » et perdue dans sa vie n’est en rien valorisant pour un Maître qui choisit la facilité finalement, une facilité malveillante en plus.

La relation D/s que mon Maître et moi-même entretenons, le « dressage » qu’il me dispense est marqué par un apprentissage de la discipline et de la rigueur. L’habileté de mon Maître, sa créativité, son imagination, ses idées permettent de recadrer ma vie et mes pensées qui ont toujours été éparpillées. Mon Maître dit souvent que je me noye dans un verre d’eau : ) Quand il me donne des ordres, je sais ce que j’ai à faire et je ne m’éparpille pas. Souvent, mon Maître me dit qu’il réfléchit et qu’il évolue lui aussi dans sa domination à travers mes progrès, mes blocages, l’expression de mon bien-être ou de mes larmes parfois. Il n’occulte pas la femme que je suis au delà de la soumise. Il sait récompenser quand c’est bien, punir et sévir quand j’abuse de sa bienveillance ou que je faute et que je ne remplis pas mes obligations. Il est important qu’il me rappelle régulièrement que c’est à moi d’être au service de son plaisir et non l’inverse.

Ce qui est surtout favorisant dans notre relation »particulière », c’est que nous ressentons beaucoup d’amour l’un pour l’autre. Notre relation est construite sur un certain de nombre de bases essentielles pour nous. L’humour en est une et au sein de notre relation de Maître et de soumise. Quand les pratiques nous font penser à des choses drôles, nous nous marrons tout simplement. J’adore le sexe avec mon Maître, il a pris le temps de bien connaître mes fantasmes et la baise bien hard est entrée dans nos pratiques communes. Il m’a rendu amoureuse. J’ai un homme dans lequel j’ai trouvé un Maître, un guide, un amant, un ami, un compagnon de vie, et en toute objectivité, c’est surement ça un bon Maître : )… MIMI

29 août, 2008

Article Heureuse avec Maître Dobi

Classé sous Mon Maître Dobi — Mimi @ 12:43

Plus jeune, j’ai quotidiennement prié pendant des années, d’avoir une relation avec un homme. Je suppliais Dieu pour ce qu’il fasse en sorte que je rencontre un homme « beau, doux, intelligent et dynamique ». Avec Maître Dobi, je suis comblée au delà de mes espérances. Maître Dobi a à la fois un corps magnifique, fin, fort et musclé. Sa peau « blanche » est d’une douceur des plus agréables qui ne peut que me donner envie de la toucher, la caresser, la sentir sous mes doigts. Son torse imberbe est bien dessiné, et je le regarde toujours avec des yeux gourmands. J’aime avoir son visage dans mes mains et embrasser ses douces lèvres.

Mon Maître a l’intelligence du coeur et de l’esprit, les seules réellement intéressantes et que je réclamais explicitement dans mes prières. Patient, persévérant jusqu’à l’acharnement même parfois, mon Maître veut toujours aller plus loin. J’avais des attitudes face auxquelles tout homme normalement constitué aurait laissé tomber. Maître Dobi est un original ; stratège, malin, sévère, mais bienveillant, il a su me conquérir et me rendre amoureuse. Il a pu me faire prendre conscience de ma valeur, m’a donné confiance et a enfin fait naître un bien-être physique et psychique qui s’est propagé dans mon esprit, mon corps et mon coeur et qui se reflète surtout dans mes relations aux autres. Je suis encore surprise de ce changement radical. Ma vie est complètement transformée. J’ai changé physiquement à tel point que mes anciennes collègues ne me reconnaissent pas. Maître Dobi a insisté et habilement influé pour que je devienne jolie et me mettre en valeur. Il a su voir et entendre ce dont j’avais envie. Mon corps flasque devient plus ferme, il est ce qu’il est aujourd’hui, car je le muscle à raison de 3 h par semaine. Je me sens bien plus dynamique qu’avant.

Mon logement s’est transformé, j’ai enfin de vrais meubles et ma déco a du style.

Peureuse, fuyante devant les situations difficiles, je vais maintenant au devant des situations difficiles et je me porte même volontaire pour les affronter.

La communication est ouverte : je bouillonnais et me sentais mal à ne pas dire ce que j’avais sur le coeur, je resplendis de m’exprimer maintenant.

Mon Maitre m’offre la possibilité de vivre une relation à 7 piliers : l’amour, la tendresse, l’humour, la communication, la spiritualité( une relation qui nous fait grandir ensemble), la soumission, le matériel.

Chacun de ces piliers correspond à ce je recherche dans une relation, ils renvoient à mes besoins essentiels.

Dieu, s’il existe, a plus qu’exaucé mon voeu, répété des milliers de fois et m’a carrément placée au Paradis en mettant Maître Dobi sur ma route. Je peux donner sens à ma vie et à tout ce que je fais. A présent, je dispose pleinement de ma vie alors qu’avant j’étais un automate qui faisait, qui vivait et respirait car il le fallait, c’était comme ça… Ce n’est plus le cas aujourd’hui, depuis ma rencontre avec Maître Dobi.

Merci Maître Dobi, de faire de moi la pute soumise que j’ai toujours fantasmé d’etre… Votre soumise

copiededsc03167.jpg quand il dit  » suce moi  » j’obei sans attendre copiededsc02722.jpg il m’encule quand et ou il le décide copiededsc03166.jpg sa queue si souvent dans ma bouche

copiededsc02723.jpg il m’encule durement, et j’adore ça

31 juillet, 2008

Je suis fière d’avoir Dobi comme Maître

Classé sous Mon Maître Dobi — Mimi @ 0:29

Je me sens fière d’être la soumise de Maître Dobi.

J’avais une vie sexuelle pauvre, de  » pucelle », maintenant ma sexualité de pute soumise est riche.

Je n’avais eu que 4 ou 5 rapports sexuels avec un homme dans toute ma vie avant de rencontrer mon Maître. Ces rapports étaient insatisfaisants : je n’aimais pas sucer alors que j’adore rendre hommage à la queue de Maître Dobi avec ma bouche, mes lèvres et ma langue. Mon ancien amant me prenait sans désir, ni plaisir. Avec Maître Dobi, je gémis et hurle quand il me baise et me fait jouir.

Je suis restée 2 ans sans relations physiques avec un homme, et avant ces 2 ans, plus d’une dizaine d’années. Même si je dois dire que j’ai eu une relation avec une femme pendant des années durant cette période sans homme, là non plus, je n’étais pas sexuellement satisfaite. Quand j’étais celibataire, je me masturbais très rarement, 10 fois par an tout au plus. J’étais éteinte.

Depuis que je suis avec mon Maître, je baise et me fais baiser comme une pute, je lui suis ouvertement soumise, sans tabou, sans non-dit. Je lui exprime mon plaisir à lui obéir, qui est aussi un besoin d’être cadrée. J’y consens et j’adore ça ! Il me fait aussi l’amour car il est aussi mon Homme et dans mon contrat de soumission, il y a inclut un contrat d’amour car j’avais du mal avec la tendresse, les caresses douces, me lâcher sans être contrainte et dominer. Il m’apprend à baiser et à faire l’amour. Son but avoué a toujours été de pouvoir passer de l’un à l’autre soudainement ou plus doucement, quand bon lui semble et c’est très bon à vivre …

Il a ouvert des vannes et maintenant mon désir est immense au lieu d’être saturé. Ma libido était éteinte et mes besoins et fantasmes enfouis au plus profond, derrière des murs de blabla ou juste insconscients … il m’a remis la libido en marche, tout d’abord en parlant. Pour lui, parler de sexe, c’est le premier pas pour réaliser ses besoins et ses fantasmes, parler de sexe en toute liberté, sans pudeur, en toute confiance, mettre à jour ses desirs, fantasmes, c’est déjà les assumer en partie. Après avec la confiance en soi et en son Homme et Maître tout devient possible … Il m’a souvent dit qu’il faut parler de sexe en se disant que « tout est possible mais rien n’est obligatoire », que d’exprimer un fantasme même le plus inavouable n’engage à rien et aussi qu’en sexe, il n’y a pas de morale autre que le consentement de chacun des participants .

Je me sentais moche et inintéressante aux yeux des autres, inhibée dans ma communication et l’expression même de mes besoins. J’étais qualifiée de discrète sans être toutefois introvertie. Moi, je me sentais transparente. Maître Dobi a su me voir et repérer mes capacités cachées car il est très attentif et attentionné. Il a pris le temps de me connaître et de me révéler :) . Mon Maître entend entre les mots et lit entre les lignes. Il a démasqué mes besoins inavoués, à l’origine inavouables. Ce qu’il a perçu de moi a changé toute ma vie. Je ne peux qu’honorer mon Maître bienveillant et me sentir fière de l’aimer et d’être digne de son amour. Parfois il me dit pour rigoler que j’ai un gros potentiel de femme soumise   » que je suis un diamant brute qu’il taille a coup de bite et de fouet  » : ).

Je suis très amoureuse et consciente que je fais partie d’une minorité de femmes qui vivent une relation si intense et si épanouissante avec leur homme.

Je ressemblais à Candy, petite fille aux cheveux bouclés, j’ai l’impression d’être maintenant une « sorte de Ciccolina » : ) ! Je me considère comme une vraie femme depuis que Maître Dobi est dans ma vie.

Je ne déambule plus dans la vie comme un fantôme, je m’expose même sur le net ! Je suis devenue un objet de désir et de plaisir, un fantasme …

Je remercie mon Maître pour son dressage de qualité qui m’a fait entrer dans le monde des femmes… des femmes à la sexualité libérée (et des putes soumises Bisou), duquel je me sentais exclue puisqu’il me semblait inaccessible. Je me maquille, je prends la pilule, je mets des jupes courtes, des bas et je porte des talons hauts, j’ai défrisé mes cheveux ce qui était inconcevable il y a 2 ans !

Mon Maître m’a reconstruite physiquement, sexuellement et psychologiquement en m’apprenant l’amour et la soumission, en me dressant. J’ai pu progresser dans tous les domaines de ma vie grâce à ses punitions et à son amour qui me récompensait de mes avancées. Il m’a stimulée, valorisée, encouragée jusqu’à ce que ma coquille se brise et que j’ose mettre le nez dehors et enfin affronter la vie. Il m’a souvent expliqué que par manque de confiance en moi je me surprotégeais de tout et que les protections enferment autant qu’elles protègent. Vivre, c’est faire des choix, prendre des risques et assumer que plaisir et souffrance soit melés et pas seulement dans le bdsm mais en général ; aussi ne vaut-il pas mieux prendre du plaisir et aimer la vie au risque de souffrir quand la source de ce plaisir se tarie, que de ne prendre aucun risque à vivre ses besoins et ne pas aimer pour ne pas souffrir et ainsi avoir une vie sans plaisir ? Mon Maître m’a délivrée de ma prison faites de murs invisibles et qui pourtant paralysaient ma vie …

Il est à mes côtés depuis un an et demi maintenant, je me sens plus forte, je n’étouffe plus de contenir mes sentiments et mes pensées. J’exprime à présent, mes émotions à plein poumon !

Maître Dobi, je suis heureuse de pouvoir vous aimer intensément.

Merci de me le permettre. Merci Maitre  …

14 mai, 2008

Reconnaissance envers mon Maître

Classé sous Mon Maître Dobi — Mimi @ 23:40

Mon Maître me dit souvent que j’ai un grand potentiel pour devenir la pute qui lui sera totalement soumise.

Il me faut lui faire entièrement confiance pour parvenir à une soumission qui s’avérera enivrante.

Mon Maître Dobi est imaginatif. Ses demandes sont de plus en plus explicites et vont à chaque fois de plus en plus loin dans la domination.

En pleine journée de travail, il m’écrit : « j’ai très envie de t’enculer à l’arrière de la voiture, me garer et t’enculer. Je veux te mettre plein d’objet dans le cul : t’empaler sur un manche de pioche, une grosse courgette, ma main, ta main, une bouteille plastique, un spéculum… Je veux tout ça et tu dois proposer des objets ou endroits où tu te sodomises. Je vais prendre des photos de toi avec ton trou du cul béant, ma queue dans la bouche ou en levrette à bourriner ton sexe. »

Pervers et autoritaire, il sait bien me dompter, m’humilier. A l’expression « qui aime bien, châtie bien », je réponds que mon Maître doit beaucoup m’aimer !

Je lui suis reconnaissante de parfois me mettre la pression, de me punir, d’être dur dans sa domination, car sa rigueur me fait du bien.

Je sais qu’il veut de faire de moi une pute disciplinée à l’orgueil rabaissé.

Je tente de me plier à ses ordres et ses contraintes pour arriver à lâcher prise et parvenir à un « enivrant » abandon sexuel et affectif.

Ca va mieux dans ma vie depuis que ma soumission est consentie, d’ailleurs, c’est quand je résiste à la rigueur que je ressens de l’aigreur.  

Mon Maître est également bienveillant et comme toute soumise digne de ce nom, je lui dois obéissance.

Sa bienveillance est ma récompense, comme une chienne bien disciplinée, je suis récompensée et plus encore quand je suis sage, attentive et que j’obéi.

Mon Maître répond très bien à mon fort besoin de soumission. Sa domination satisfait pleinement mon besoin. 

xnumber1 |
Porno gratuit en streaming ... |
Trash & Sexe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tressexy
| Zone Adulte
| Pour nous les femmes...